Avril – Members Only

    home switch home
    tapage diurne
    tapage nocturne
    les voisins n’en peuvent plus
    avant de se retrouver à la rue
    Avril
    nous invite
    dans sa maison virtuelle
    mobile
    vibrante
    colorée
    silencieuse et noisy
    extensible à l’infini
    changeante et familière
    comme dans un rêve
    home switch home
    mais attention
    la visite n’est pas de tout repos
    d’une pièce à l’autre
    il faut ouvrir
    ses oreilles
    et ses yeux
    la déco intérieure le mérite
    et ouvrir aussi
    son cœur
    et ses bras
    à toutes les créatures
    que vous allez croiser
    mannequins
    à quatre pattes dans les toilettes
    les fringues
    Nike
    Vuitton
    Gucci
    Galliano
    Dior
    Prada
    Lacroix
    Vivienne Westwood
    Adidas
    éparpillées dans le couloir
    (a body = a gun ?)
    les membres d’un rock band
    à la mode
    enfermés dans le placard
    (a body = a brain ?)
    la chambre
    transformée en Jardin d’Eden
    par une certaine Eve
    (a body = a god ?)
    une petite pause
    près de la cheminée
    où Avril nous souffle
    sa mélodie
    à l’oreille
    (a voice = a god ?)
    et nous voilà repartis
    dans le fracas
    de la  télé
    a big world in a small room
    (a voice = a gun ?)
    au menu
    producteur
    bikers
    surfers génétiquement modifiés
    promoteur
    déchets radioactifs
    vétéran du Viêt-Nam
    critique d’art
    homme mystérieux
    univers parallèle
    (a brain = a gun ?)
    la tête
    à ciel ouvert
    nous voulons nous laver
    de tout ça
    mais la salle de bain est occupée
    Avril
    est dans la baignoire
    il chante
    tapage diurne
    tapage nocturne
    quelle heure est-il ?
    aucune importance
    c’est la fête
    big party
    chez Avril
    mais attention
    members only

    Par Patrick Bouvet, poète
    Auteur des textes de Urban Serenade, Be Yourself, Room, Power & TV Dinner

    Members point of view

    J’ai croisé Avril : il est fou et furieux. Un enthousiaste, un vrai ! Alors que le monde croule sous la parcimonie et la morosité…
    À ses yeux, tout a une joie malicieuse, il rit comme on s’ébroue d’une triste poussière, il rit et jette des phrases comme autant de défis… Mais des phrases sensées, sensibles, des phrases qui laissent des traces… « Wallenberg » : ce mystère nous réunit avec d’autres. Je le croise un soir pluvieux, qu’il illumine d’une gaîté qu’on attrape comme une contagion. Il s’enivre de la vie, avale tout, le bien plus, le moins avec, goulûment.
    Humain, touchant, émouvant. Sa musique ? Dévorez-la : elle vaut plus que le détour…

    Szainer – The (hypothetical) prophets

    Juillet 2003, Fred Avril travaille depuis quelques semaines sur son 2ème album. Rencontre pour faire le point sur les premières pistes..Fred me montre des textes de Patrick Bouvet. Je suis sous le choc – pour la première fois, je lis de vrais textes électroniques, technologiques, gris acier, dignes d’un univers de Bilal. Août, lorsqu’on se revoit avec Fred, je le pousse à aller musicalement au bout de l’esprit des textes et univers développés entre eux. 
    Décembre 2003, la rencontre entre Avril, Patrick Bouvet et Marc Collin a donné naissance à un album puissant, contemporain. Un polaroid riche en couleurs d’une époque contrastée. Avril 2004… 

    Eric Morand – F Com

    Même les vents solaires n’auront eu raison de son exploration sonique. Vers de nouvelles contrées électriques… Analog thoughts…

    Stéphane Kim – Modular performer @ la Muse en Circuit

    2h du mat… J’essaie différents branchements : cortex d’Avril + mon système nerveux + inconscient collectif + électricité dans l’air + …. C’est le chaos, mais la liaison va être claire, je le sens.

    Patrick Bouvet – Auteur de In Situ, Shot… (ed. de l’Olivier)

    L’album devait être enregistré live ! La pré-production s’est transformée en production tout court, nourrie par des sessions avec Gregor, Olivier… (extraits du journal de bord : Comme dit Luc Ferrari, “pas facile”. / Fred programme en braï, il extrait les cymbales des drums compressés en ajoutant kicks et snares hors-phase. That’s producing. / Ma comptable est fan de That Horse Must Be Starving / “nuage de fumée colossal dans le studio, 40 degrés dehors, Fred se réveille – 17 h”.)

    Marc Collin – Co-producteur, sound shaping – So Young But So Cold (Tigersushi) / Volga Select (Output)

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *